Cérémonie du 8 mai 202

Cérémonie du 8 mai très encadrée, du fait des mesures sanitaires.

 

Un dépôt de gerbe sera effectué, par le Maire et un représentant de l'association des anciens combattants, conformément aux instructions de la Préfecture de l'Aisne.

 

Ci-dessous, le texte qui sera lu par l'association des anciens combattants :

 

"Mesdames et Messieurs, Nous anciens combattants d’Aulnois, Besny, Vivaise, nous nous adressons à vous en ce jour, à l’occasion du 75e anniversaire du 8 mai 1945.

 

Nous commémorons aujourd’hui, la victoire des Alliés sur le fascisme et sur l’obscurantisme qui sont à l’origine d’une des périodes les plus sombres de l’histoire de l’humanité, de notre histoire.

 

Commémorer cette date, cette victoire, c’est également rappeler les défaites qui l’ont précédé ainsi que les terribles errances qui les ont nourries. Les 60 millions de morts d’un conflit unique par l’ampleur de sa violence, ont conduit à l’avènement d’un monde nouveau.

 

Nous devons toujours nous rappeler que cette victoire du 8 mai est d’abord celle de millions de combattants. Ces soldats du monde entier, de la France coloniale, ces civils hommes et femmes, ces victimes juives dont de nombreux enfants, homosexuelles, tziganes ; ces résistants, ces combattants sont tous des artisans de cette victoire. Aujourd’hui, c’est d’abord à eux que nous pensons, à eux que nous rendons hommage.

 

Un hommage à ces armées visibles et invisibles, ces hommes et femmes volontaires qui ont donné leur vie pour qu’arrive ce jour de liberté, pour que nous soyons libres, 75 ans après. Le 8 mai est une victoire sur la dictature et le fascisme, la victoire d’hommes et de femmes d’horizons différents, souvent opposés, mais qui ont décidé d’unir leurs forces, de se rassembler pour défendre leurs idéaux communs de liberté, d’égalité de justice et de dignité. Au-delà de la victoire, c’est la mémoire des combats menés que nous célébrons en ce jour.

 

Ces hommes et ces femmes qui ont donné leurs vies, étaient comme vous et moi, ils étaient habités par de convictions et d’un courage et une volonté, qui ont menés notre pays à la victoire. Une volonté qui ne s’est pas arrêtée à la victoire idéologique et militaire. En effet, suite à la capitulation allemande, la paix était loin d’être acquise, elle était même fortement menacée, notre pays était ravagé. Nous devons une nouvelle fois rendre hommage à nos ainés, qui après avoir gagné la guerre ont su construire la paix, rassembler les français. En cette année 1945, première année civile de la paix rétablie, la France est dévastée, en proie à toutes les souffrances.

 

Les plaies sont béantes, c’est la découverte de l’horreur des camps, le retour des prisonniers, déportés et travailleurs forcés. Les survivants ont du mal à raconté l’horreur d’où ils reviennent. Le peuple est encore ravagé par les peurs de la guerre civile, les conflits de réparation, les procès d’épuration. Qui ne souvient pas du visage de ces femmes tondues victimes de la vindicte populaire ? Les fractures de la société française sont à vif, le territoire est dévasté par les combats de la Libération, l’économie est au plus mal. C’est le rationnement imposé qui perdure. C’est dans ce contexte que renait la France Nouvelle : une réforme des institutions décidée par le peuple, un nouveau modèle social et économique. Un rétablissement qui n’aurait pu avoir lieu sans le visionnaire Général De Gaulle, sans l'appel du 18 juin 1940, sans ce cri de colère face à l'invasion et la désespérance d'un pays tout entier, sans de la résistance et d’un contre-gouvernement.

 

Aujourd’hui, il est de notre devoir de faire vivre le souvenir du sacrifice de nos anciens pour que nos générations futures ne connaissent pas ces horreurs. Nos forces armées et de sécurité continuent à combattre de nouvelles menaces tel que le terrorisme. Depuis le début de l’année, notre pays connait une pandémie qui a plongé notre pays dans la peur, la douleur. Mais nous avons vu une armée « blanche »d’infirmières et de médecins et de l’ensemble du personnel hospitalier.

 

Une armée de caissières et d’employés commerciaux, de routiers de fonctionnaire, en premières lignes face au covid 19. Une armée soutenue par une armée de l’ombre qui confinée chez elle préparée des masques, veillée sur les plus faibles. Aujourd’hui ayons une pensé pour ces hommes et ces femmes. "